Consultant / Expert Sénior en SAN-PS ( Reférence : E1019N70 )

Expéreince requises : 10 ans Nombre de place : 1 Date limite de dépôt : 22/11/2019 à 18:00 Adresse de dépôt : recrutements@cilss.int

Détails de l'offre

  • BAC+5 (DESS DEA MASTER II)
  • Contrat à durée déterminée(CDD)
  • Employeur : CEDEAO
  • Ville : Abuja
  • Pays : Nig

Description

AVIS DE VACANCE DE POSTE

Consultant(e)/ Expert(e) Sécurité Alimentaire et Nutritionnelle et Protection Sociale

Les candidatures féminines sont vivement encouragées

                                    Appui de l’Union Européenne à la mise en œuvre de l’ECOWAP.

PAGR-SANAD Convention de Financement CEDEAO-UEMOA-PIR 11ème FED/UE

 

Titre du poste                  

:

Consultant(e) /Expert (e) Sécurité Alimentaire et Nutritionnelle et protection sociale (Expert Senior SAN-PS)

Durée du poste 

 

Trois (3) ans (non renouvelable) avec évaluation annuelle de performance.

Rémunération proposée 

 

Forfaitaire mensuelle tout compris (5,000 euro/mois)

Contractualisation

 

Gestion délégué au CILSS

 

Superviseur hiérarchique immédiat 

 

Directeur Agriculture et Développement Rural

Lieu d’affectation              

:

Abuja (Nigeria)

Date de prise de fonction souhaitée 

:

1er Décembre 2019

 

Date de clôture

:

22 novembre 2019

I.                Contexte :

Au niveau de la région Afrique de l’ouest, la situation de la sécurité alimentaire s’est sensiblement améliorée, mais reste préoccupante, et très disparate (IFPRI, ACTED, 2015). En effet, la moyenne régionale pondérée du GHI (Global Hunger Index) (Cap Vert exclu,) est passé de 25,5 (1990) à 15,6 (2014). Ce score demeure inférieur à la moyenne des pays d’Afrique sub-saharienne (18,2), mais supérieur à la moyenne au niveau des pays en développement (12,5). La disponibilité en calories par habitant s’est fortement améliorée, dépassant dans la majorité des pays le seuil de 2500 Kcal/jour/hab. Le taux de sous-alimentation a baissé, mais dépasse encore dans de nombreux pays la moyenne mondiale (11%).

La situation nutritionnelle est fortement dégradée. Près de 40% des enfants de moins de 5 ans sont touchés par des retards de croissance, 12% souffrent de malnutrition aiguë et l’anémie frappe 75% d’entre eux, soit des taux bien supérieurs aux seuils admis par l’OMS. Les problèmes nutritionnels sont plus aigus dans le Sahel, en lien avec les taux de fécondité, une diversité de l’alimentation plus limitée, les conditions sanitaires, et un ensemble d’autres facteurs.

A l’issue d’un processus participatif et inclusif, la communauté Economique des Etats d’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) s’est dotée en dotée en janvier 2005 d’une politique agricole commune, l’ECOWAP/PDDA revu en 2015 pour l’horizon 2025 conformément à la Déclaration de Malabo 2014 et des ODD. Sa mise en œuvre repose sur la coordination des échelles nationale et régionale d’intervention, à travers le développement de Programme Nationaux d’Investissements Agricoles et de Sécurité Alimentaire et Nutritionnelle (PNIA-SAN), et d’un Programme Régional (PRIA-SAN).

Bien qu’ayant réalisé des progrès significatifs (PREEGEC, AGIR, filets sociaux, CH, etc.), la CEDEAO souhaite améliorer et accélérer l’intégration de nouveaux types d’instruments de politique publique notamment ceux relatifs à la Nutrition et la Protection Sociale en vue de favoriser le renforcement des capacités des états et des acteurs Nationaux ainsi que le partage des connaissances et des bonnes pratiques dans ces domaines, la promotion des programmes agricoles sensibles à la nutrition, l’appui aux programmes de renforcement de la résilience des ménages vulnérables , le développement des systèmes d’information et d’alerte précoce, la promotion des capacités d’intervention en réponse  aux crises, et notamment la poursuite et la montée en puissance de la mise en œuvre de la stratégie régionale de stockage de sécurité, incluant la Réserve régionale, les stocks nationaux et les stocks de proximités. Il intègre aussi la préparation d’un plan de contingence SAN à l’échelle de la région, complémentaire des plans de contingence nationaux et permettant de préparer la région à affronter différents scénarios de crise.

Au-delà du champ Agricole, il s’agit d’une part de la prise en charge des dimensions intersectorielles de la SAN (nutrition, commerce, protection sociale, etc)., et d’autre part, de la gouvernance globale du dispositif SAN. L’importance prise par les enjeux alimentaires et nutritionnels au cours des dix dernières années a conduit les trois institutions (CEDEAO, UEMOA et CILSS) à mettre en place des organes politiques permettant de les traiter.

Le Projet d’Amélioration de la Gouvernance de la Résilience et de la Sécurité Alimentaire et Nutritionnelle et de l’Agriculture Durable en Afrique de l’Ouest (PAGR-SANAD) est un programme régional au profit des OIG (CEDEAO, UEMOA et CILSS) et OPRs, financé par l’Union Européenne (convention EU-CEDEAO-UEMOA). L’action vise principalement à l’amélioration de la gouvernance du domaine SANAD et Résilience en Afrique de l’Ouest et du Sahel : 15 pays de l’Afrique de l’Ouest et 2 pays du Sahel (Tchad, Mauritanie). Elle s’inscrit au titre de l’objectif 3.1 du Programme Indicatif Régional du 11ème FED pour l’Afrique de l’Ouest.

Le projet a pour objectif global de renforcer la gouvernance de la SANAD, afin d’assurer, face aux risques économiques et environnementaux, un meilleur accès à l’alimentation et un meilleur impact nutritionnel et de renforcer la résilience des populations vulnérables tout en favorisant une croissance économique et sociale inclusive.

Sous l’autorité du Directeur Agriculture et Développement Rural, l’expert (e) participera, conformément au Plan d’opération du Programme, à la réalisation des activités portant sur les analyses et la cartographie de l’insécurité alimentaire et nutritionnelle et de la résilience, du renforcement et de l’amélioration des dispositifs de prévention et de l’alerte précoce et de gestion des réponses aux crises alimentaires, nutritionnelles et de résilience, de l’animation et du suivi et évaluation des dispositifs (nationaux et régionaux) de veille sur la sécurité alimentaire, nutritionnelle, de résilience, des politiques et programmes de sécurité alimentaire, nutritionnelle, de résilience et agricoles (SANAD) et de réponses principalement en relation avec la Reserve Régionale, l’élaboration des outils de collecte de données, d’analyses, de diffusion y compris des produits d’aide à la prise de décisions dans les pays, au Sahel et en Afrique d l’Ouest.

Taches principales :

·       Conseiller la Direction de l’Agriculture et Développement Rural en matière de Sécurité Alimentaire et Nutritionnelle et de Protection Sociale ;

·       Etablir des situations de références et profils pays (15 états membres) en vue de préparer des notes aux décideurs ;

·       Produire des analyses de l’insécurité alimentaire, nutritionnelle et de la résilience en utilisant les méthodes et outils consensuels, éprouvés et reconnus dans la région et ailleurs ;

·       Appuyer, renforcer et améliorer les dispositifs de prévention et de l’alerte précoce et de gestion des réponses aux crises alimentaires, nutritionnelles et de résilience ;

·       Assurer le suivi et l’évaluation des dispositifs (nationaux et régionaux) de veille sur la sécurité alimentaire, nutritionnelle, de résilience, des politiques et programmes de sécurité alimentaire, nutritionnelle, de résilience et agricoles (SANAD) au Sahel et en Afrique de l’Ouest ;

·       Apporter un appui à la Direction de l’Agriculture et du Développement Rural dans la coordination et le suivi des politiques nationales de Stockage, des Structures Nationales de Sécurité Alimentaire ;

·       Participer à la réalisation des évaluations des crises alimentaires et nutritionnelles et des besoins d’aides d’urgence en collaboration avec les autres systèmes régionaux d’information sur la sécurité alimentaire (CILSS, FAO, FEWS NET, PAM et autres Agences Humanitaires) et proposer des notes pour décisions par la Commission de la CEDEAO ;

·       Appuyer la finalisation du dispositif portant cadre règlementaire sur le Cadre Harmonisé ;

·       Contribuer aux cadres de concertations sur la sécurité alimentaire et nutritionnelle (Comités SAN, PREGEC, Suivi-Evaluation ECOWP) ;

·       Formuler et développer des projets pour contribuer à la mobilisation des ressources ;

·       Aider à la constitution d’une base de données de compétences (privées ou organisations) en matière de SAN et protection sociale ;

·       Toute autres tâches du Département Agriculture, Environnement et Ressources Naturelles.

 II.              Qualifications et Compétences :

·       Etre titulaire d’un diplôme de niveau Ingénieur, DEA, DESS, MSC, ou plus en Science Agronomique, Agro Economie, Economie, Socio Economie, Géographie, Climatologie ; Nutrition, Sociologie, Anthropologie, Statistiques ou domaines connexes ;

·       Maitrise parfaite du Français, de l’Anglais ou du Portugais, avec une bonne connaissance écrite/parlée d’une deuxième langue ;

·       Bonne maitrise des outils de technologie de l’information et de la communication.

·       Etre apte à travailler en équipe multidisciplinaire et sous forte pression, en réseau et avoir le sens de l’organisation, de négociation et de construire le consensus.

III.             Expériences professionnelles générales :

·       Avoir dix (10) ans d’expérience au sein de structures œuvrant dans les domaines des dispositifs de l’alerte précoce, Sécurité alimentaire et nutritionnelle, de la prévention des crises alimentaires et nutritionnelles et de la résilience en Afrique de l’Ouest ;

·       Avoir une expérience d’au moins dix (10) ans des dispositifs de collecte et d’analyse statistique des données SAN issues des services nationaux et organismes internationaux ;

·       Disposer d’une compétence avérée dans l’analyse et l’interprétation des données biophysiques, statistiques agricoles, alimentaires, nutritionnelles, de résilience et de pauvreté ;

·       Avoir la capacité de gestion et de maintenir des bases de données statistiques à travers des outils ou logiciels de traitement de données sur la SANAD ;

·       Avoir une bonne maitrise des outils et méthodes d’analyse et de la cartographie de la vulnérabilité à l’insécurité alimentaire et nutritionnelle.

 IV.            Expériences professionnelles spécifiques :

V.               Avoir une grande capacité d’analyse de l’insécurité alimentaire et nutritionnelle, de sa projection et du développement des scénarios ;

·       Avoir une capacité et expérience de rédaction régulière des bulletins d’information et de réalisation des produits de diffusions et de communication SAN pour appuyer la prise de décisions ;

·       Disposer d’une compétence avérée en Système d’Information Géographique et analyse spatiale des données socio-économiques ;

·       Avoir une connaissance des stratégies de sécurité alimentaire et nutritionnelle dans les pays et dans la région ;

·       Avoir une bonne expérience de l’approche participative des problèmes régionaux sur la sécurité alimentaire et nutritionnelle et leur intégration dans les politiques et programmes nationaux et régionaux ;

·       Etre autonome et proactif.

 V.            Age :

·       Etre âgé de moins de 55 ans, en excellente capacité physique pour de nombreux déplacements potentiels dans les Etats membres de la CEDEAO et hors de la Communauté.

 VI.           Composition du Dossier de Candidature

Les dossiers devront comprendre les éléments suivants :

-        Une lettre de motivation ;

-        Un Curriculum Vitae actualisé et certifié sincère par le candidat ;

-        Une copie certifiée des titres, diplômes et attestations de qualifications ;

-        Des copies des certificats et attestations de travail ou de services ;

-        Une copie du certificat de nationalité ou tout autre document justifiant la nationalité : le (la) candidat(e) doit avoir la nationalité d’un Etat membre du CILSS ;

 

VII.         Dépôt du dossier de Candidature

Les personnes intéressées par cet avis sont invitées à envoyer leur dossier de candidature par courrier électronique à l’adresse recrutements@cilss.intau plus tard le 22 novembre 2019 en précisant le titre du poste dans l’objet.

 

Ouagadougou,

 

Pour le Secrétaire Exécutif,

L’adjoint

 

 

Ibrahim Lumumba Idi-Issa